Comme les ovaires stimulés atteignent parfois des volumes et des poids importants, il arrive que ceux-ci se tordent sur leur pédicule.

Cette complication, heureusement assez rare de la FIV (0,1%), se manifeste par l’apparition de douleurs au niveau du ventre, assez violentes et d’apparition brutale (en « coup de poignard »), qui irradient dans le dos (au niveau du rein) et dans l’aine d’un seul côté.

Ces torsions ovariennes apparaissent surtout quelques jous après la ponction, ou parfois en début de grossesse.

Comme les vaisseaux irriguant les ovaires se retrouvent également tordus, le plus grand risque de la torsion d’un ovaire réside dans sa non vascularisation évoluant vers la nécrose, jusqu’à la perte de l’ovaire.

Heureusement, la plupart du temps, la torsion se résout spontanément en quelques heures et la douleur initialement aigue, évolue vers une douleur plus sourde qui diminue progressivement, jusqu’à disparaître.

Mais, si au bout de 6 heures, la torsion persiste, il faudra agir assez rapidement et réaliser une coelioscopie sous anesthésie générale et détordre l’ovaire à l’aide de pinces.

Si l’intervention est réalisée à temps, il n’y a généralement pas de répercussions sur la fonction de l’ovaire.

La femme doit ensuite être mise au repos, car une récidive est toujours possible tant que les ovaires sont volumineux.

Il est donc important de contacter rapidement son gynécologue lorsqu’une douleur aigue apparaît quelques jours après la ponction et persiste!

Les complications de la PMA:

Pour toutes les réponses à ces questions, je vous conseille l’excellent livre sur la PMA paru en 2017 :

ut at odio nec venenatis, pulvinar vulputate, Sed ipsum libero commodo