Sous l’action ovarienne de la FSH, les oestrogènes augmentent progressivement et sont responsables, à leur tour, d’une diminution de la sécrétion de FSH par l’hypophyse (c’est ce qu’on appelle un rétro-contrôle négatif ou feed-back négatif).

C’est la diminution de cette FSH qui va jouer un rôle déterminant dans la sélection du follicule dominant : seuls les follicules comportant un grand nombre de récepteurs à la FSH (les plus sensibles) vont pouvoir poursuivre leur croissance malgré la chute de la FSH.

lectus justo leo. neque. ipsum felis