Cancer de l’ovaire :
Etant donné que plusieurs études ont montré l’effet protecteur de la pilule contraceptive sur la survenue du cancer de l’ovaire chez la femme, les scientifiques se sont interrogés sur l’éventualité d’un effet néfaste de la stimulation ovarienne en PMA. 

Alors que les premières études affichaient des résultats plutôt alarmants, des études plus récentes et effectuées sur un plus grand nombre de patientes ont infirmé ces premiers résultats.

Et, jusqu’à présent, aucune étude n’a pu mettre en évidence une relation statistiquement significative entre la stimulation ovariene et le cancer de l’ovaire.

Une seule exception existe néanmoins: on observe une très légère augmentation de tumeurs précancéreuses de l’ovaire chez les femmes qui ont été stimulées par du clomid pendant plus de 12 cycles.

Néanmoins, le recul n’est pas suffisant pour pouvoir être catégorique. Et, même si les résultats sont rassurants, la prudence reste de mise.

Par contre, alors que la pilule contraceptive et la multiparité semblent protéger contre la survenue du cancer de l’ovaire, 2 facteurs de risque de cancer ont pu être mis en évidence:
la nulliparité (le fait de ne pas avoir eu d’enfants): le risque de cancer serait 2 fois plus important que dans la population générale, chez ces femmes.
l’infertilité, et ceci indépendamment de tout traitement de stérilité. Elle est surtout associée à des tumeurs border-line (précancéreuses). Remarquons que ce risque disparaît si les femmes obtiennent une grossesse par le biais de l’AMP. 

Les femmes en PMA sont donc plus à risque de développer un cancer de l’ovaire, surtout si la PMA échoue dans ses objectifs.

Cancer du sein:
Le cancer du sein étant hormono-dépendant, la question est de savoir si la stimulation des ovaires, qui est responsable d’une augmentation des oestrogènes, est associée à une augmentation de fréquence de cancer du sein.

Jusqu’à présent une telle relation n’a pu ête démontrée, mais les résultats des études sont assez controversés, certaines mettant en évidence un risque accru, d’autres aucune incidence et enfin un effet protecteur a également été avancé.

Des études au plus long cours et axées sur les différents traitements utilisés sont encore nécessaires à l’heure actuelle. 

Cancer de l’utérus:
Aucune relation n’a pu être établie, à l’heure actuelle, entre le cancer de l’endomètre et la stimulation ovarienne en PMA. 

Sources:
– Venn A, Watson L, Bruinsma F, Giles G, Healy D. Risk of cancer after use of fertility drugs with in-vitro fertilisation. Lancet. 1999 Nov 6;354(9190):1586-90.
– Mosgaard BJ, Lidegaard O, Kjaer SK, Schou G, Andersen AN. Infertility, fertility drugs, and invasive ovarian cancer: a case-control study. Fertil Steril. 1997 Jun;67(6):1005-12.
– Nugent D, Salha O, Balen AH, Rutherford AJ. Ovarian neoplasia and subfertility treatments. Br J Obstet Gynaecol. 1998 Jun;105(6):584-91. Review. No abstract available
– Venn A, Healy D, McLachlan R. Cancer risks associated with the diagnosis of infertility.Best Pract Res Clin Obstet Gynaecol. 2003 Apr;17(2):343-67. Review.
– Salhab M, Al Sarakbi W, Mokbel K. In vitro fertilization and breast cancer risk: a review. Int J Fertil Womens Med. 2005 Nov-Dec;50(6):259-66. Review.

Les complications de la PMA: