L’Islam autorise le recours à la PMA, mais uniquement chez les couples mariés.

Qu’en est-il des IAD et des dons?

La religion musulmane ne permet les techniques de PMA qu’avec les cellules des conjoints eux-mêmes, car ils attachent une importance primordiale à la filiation.

Elle interdit donc le recours aux dons de sperme, d’ovules et d’embryons.

Le recours aux dons de gamètes a néanmoins été autorisé dans quelques cas exceptionnels.

Et les embryons ?

L’Islam considère que le foetus ne reçoit l’esprit divin qu’à partir du 120e jour de la gestation (4 mois de grossesse).

L’intervention artificielle sur les embryons est donc permise avant cette date.

La FIV et le diagnostic pré-implantatoire à visée thérapeutique ne posent aucun problème.

Pour la congélation, elle est autorisée, mais avec destruction des embryons après la naissance de l’enfant né de la FIV.

La réduction embryonnaire:

En règle générale, on ne peut supprimer un embryon qui s’est correctement implanté dans l’utérus de la femme, selon la religion musulmane, car ce geste s’apparenterait à un avortement.

Mais, dans les cas exceptionnels où la grossesse multiple représenterait un risque mortel pour la femme, la réduction embryonnaire pourrait être envisagée.

La foi face à la PMA:

OUI, MAIS… :

Les complications de la PMA

0e6ff542384ee23ccb419b18a311a3b3444444444444