Le nombre d’embryons transférés varie généralement de 1 à 3.
Selon le nombre d’ovocytes recueillis et selon leur taux de fécondation, il se peut que vous ayez plus d’embryons qu’il n’est souhaitable de vous en transférer. Les embryons non transférés sont appelés embryons surnuméraires.

Ces embryons peuvent être congelés, avec votre accord.
L’équipe d’AMP vous aura fait au préalable remplir un avis de consentement à la congélation, signés par chacun des deux partenaires.
En Belgique, la décision concernant le devenir d’éventuels embryons surnuméraires est à prendre avant la première tentative de FIV. En France, en revanche, vous pouvez vous décider quand vous le souhaitez, au cours des 5 ans de conservation.

Si vous refusez la congélation d’éventuels embryons surnuméraires, l’équipe réduira le nombre d’ovocytes mis en fécondation, en général à 3. Dans ce cas, n’oubliez pas qu’un taux de fécondation de 100% est très rare…

Les embryons surnuméraires peuvent être gardés 5 ans maximum. Certaines équipes acceptent de prolonger parfois d’un à deux ans. Chaque année, vous devez confirmer au centre AMP où sont gardés les embryons votre volonté de poursuivre leur conservation.

Avant ces 5 années, si vous souhaitez effectuer une nouvelle tentative de grossesse (le premier transfert a échoué ou vous souhaitez un autre enfant), vous devrez utiliser les embryons congelés. Il est interdit de lancer une tentative de FIV complète (avec stimulation et ponction) temps qu’il vous reste des embryons congelés.
Selon le nombre d’embryons, vous pourrez peut-être bénéficier de plusieurs transferts.

Pour les prises en charge, un transfert d’embryons congelés est considéré comme faisant partie de la même tentative que celle où a eu lieu la ponction. (voir: Sécurité sociale et PMA)

Si vous ne souhaitez pas de nouvelle grossesse, trois alternatives s’offrent à vous.

– Vous pouvez choisir d’offrir vos embryons à un couple infertile. Le don d’embryons est anonyme et gratuit. Le « couple receveur » ne vous connaîtra jamais et vous ne connaîtrez jamais ce couple. De même, vous n’aurez pas d’informations sur la réussite ou non du transfert, ceci afin de préserver donneur et receveur.

– Vous pouvez décider de donner les embryons surnuméraires à la recherche. La recherche sur cellules embryonnaires est tout à fait autorisée et réglementée par la loi.
Les programmes de recherche utilisant des cellules embryonnaires sont variés ; ils peuvent étudier bien sûr des aspects de la fécondation et de la nidation, mais aussi la différenciation cellulaire, ce qui fait qu’avec des cellules identiques au départ, on se retrouve très vite avec un cerveau, un foie, des globules rouges, etc.

– Enfin, vous pouvez demander la destruction des embryons surnuméraires.

Article associé:

La congélation des embryons

Le transfert embryonnaire:

Le transfert embryonnaire

Fécondation in-vitro:

id ultricies mattis libero libero eget commodo Praesent dolor. ut vel,