Les complications liées au prélèvement des ovocytes sont, heureusement, assez rares (de l’ordre de 0,7 à 1,7%).

Elles sont de 3 types:
– les complications hémorragiques
– les complications liées à la perforation d’un autre organe
– les complications infectieuses

A cela s’ajoutent les complications de l’anesthésie, extrêmement rares et, la plupart du temps, évitables par une bonne mise au point pré-anesthésique. 

Pour toutes les réponses à ces questions, je vous conseille l’excellent livre sur la PMA paru en 2017 :

Les complications hémorragiques :
De petits saignements vaginaux (du style de pertes) sont fréquents après la ponction, et généralement sans conséquence. Ils se résolvent spontanément en quelques jours et sont liés à la perforation de la paroi du vagin par l’aiguille de ponction. 

Des saignements plus importants peuvent s’observer dans 1% des cas. Il convient alors d’en avertir le centre afin que le gynécologue vous examine et trouve l’origine du saignement. Un petit point de suture est parfois nécessaire.

Des saignements dans le ventre peuvent également s’observer après la ponction. Ils sont souvent dus à de petits saignement des ovaires blessés par la ponction.

Ils peuvent être responsables de douleurs au niveau du bas ventre qui disparaissent spontanément en quelques jours.

Si les douleurs persistent ou sont de natures violentes ou intenses, appelez le centre, car la perforation d’un vaisseau sanguin se trouvant malencontreusement sur le trajet de l’aiguille de ponction, est toujours possible, bien que rare.

La perforation d’un autre organe :
Dans de très rares situations, l’aiguille de ponction peut blesser l’uretère ou un intestin. Cela va se manifester par des douleurs anormalement importantes au niveau du bas ventre.

Il faut donc toujours alerter le centre lorsque vous ressentez des douleurs qui vous paraissent anormales après la ponction! 

Les infections :

Sont possibles après ponction:
– une infection vaginale par inoculation directe d’un germe lors de l’intervention, ou par réactivation d’une infection latente.
– des abcès de l’utérus ou de l’ovaire
– une infection intra-péritonéale en cas de perforation intestinale.
Ces infections sont rares (moins de 1%) et tout à fait évitables par respect des règles strictes d’asepsie lors de l’intervention (désinfection, gants et champs stériles, matériel stérilisé ou à usage unique) et par la réalisation d’examens bactériologiques avant la ponction (recherche de germes dans le vagin et au niveau du col de l’utérus)

(voir: Les examens complémentaires avant la FIV)

Article associé:

La ponction ovocytaire

 

Les complications de la PMA:

OUI, MAIS… :
La religion face à la PMA

libero ut sit suscipit eget elit. ipsum diam et, id libero. sed