Depuis quelques temps déjà, vous essayez d’organiser un câlin, au fameux jour O (O comme ovulation bien sûr !)

Vous en avez parlé à votre homme au début. « Hum.. Chéri, il faudrait mettre toutes les chances de notre côté… un câlin au milieu de mon cycle, çà aiderait assez… »
Bien sûr les rapports programmés, ce n’est pas le top en matière de surprise… mais comme on dit, faut c’qui faut
Sauf qu’à force de dire en ce fameux jour O, « Chéri, j’ai ovulé ce matin, ce soir, faut s’y mettre », çà nous l’a un peu refroidi le chéri. « Pfff.. Plutôt demain, non ? », essayait-il parfois.
Et là, à nous de prendre notre sacro-sainte courbe de température, de la comparer avec celles des mois précédents ; ou bien, de s’observer le ventre à la recherche d’une douleur trahissant l’ovulation mensuelle ; tout çà pour être sûre que « demain ferait quand même l’affaire ».
Alors, on n’a plus prévenu l’homme sur l’arrivée du Jour… sauf que de voir la nuisette une fois par mois, à peu près à intervalles réguliers… il n’a pas été long à comprendre notre manège !
On a voulu aussi canaliser les ardeurs sur le jour O. On a voulu les calmer les 2-3 jours avant, pour que les têtards soient les plus nombreux en ce jour qui pourrait être faste…

Pas follement glamour tout çà, vous en conviendrez !
Et les disputes, les frustrations et même le manque d’envie ne sont pas loin…

Et si vous envoyiez balader thermomètre et tests d’ovulation ? Vous rangez même au fond d’un tiroir toutes les courbes que vous avez déjà faites. De toute manière, vous les connaissez par cœur, n’est-ce-pas ?…
Et vous ne comptez plus rien !
Avouons-le, câliner est loin d’être désagréable, alors pourquoi tout calculer ?

Vous réécoutez vos envies, vous laissez votre homme réécouter les siennes. Vous mettez votre nuisette pour lui faire plaisir, pour vous faire plaisir, comme çà, sans autre raison. Laissez-vous porter par vos sens.

Vous acceptez le câlin pour le câlin ; vous l’acceptez pour être heureuse dans les bras de votre homme, pour que lui soit heureux dans les vôtres, sans qu’aucun des deux ne se torture l’esprit.

Soyons réalistes, si vous étiez déjà arrivés au stade de la frustration ou de la libido en berne, le revirement ne va pas être total à partir du moment où vous aurez pris la décision de laisser votre matière grise en veilleuse.
Prenez votre temps. Vous n’aurez peut-être pas besoin du même temps l’un et l’autre, acceptez-le. Ne négligez pas la tendresse.
Peu à peu la spontanéité d’avant va revenir ; l’idée folle de penser à son homme en plein après-midi, alors qu’on est en pleine réunion avec des clients importants…

J’oubliais… arrêtez aussi de faire le poirier après, les études sont formelles, çà ne change rien au résultat!

D’ailleurs, le résultat du moment, c’est d’être bien…

Vous faire plaisir, tout simplement…

Résultats examens

COTE PSY:

mattis commodo facilisis accumsan amet, diam sit