L’échographie doppler, qui s’effectue en même temps que l’échographie classique, permet d’évaluer la vascularisation.

De nombreuses études ont montré l’existence d’une corrélation entre le pronostic de grossesse et cette vascularisation.

Malheureusement, cette technique de monitoring reste très peu utilisée, à l’heure actuelle, malgré les résultats encourageants des différentes études.

Döppler de l’endomètre :

Si la vascularisation est médiocre, il existe peu de chances d’implantation embryonnaire.
Si la vascularisation est excessive, il existe une bonne chance de grossesse, et surtout de grossesse multiple, qui implique de transférer un nombre plus restreint d’embryons.

Sur les bases de ces résultats doppler, des scores de chance de grossesse ont pu être déterminés. Si ce score n’est pas bon, il existe peu de chances de grossesse et il peut être proposé :
– d’arrêter le traitement
– de retarder le déclenchement et d’essayer d’améliorer la perfusion par le traitement stimulant.
– de congeler les embryons et de les transférer ultérieurement.

De plus des médicaments administrés en supplément pourraient améliorer cette vascularisation, selon certaines études:

– l’administration d’oestrogènes pendant les 3 mois précédent la FIV, puisque la vascularisation de l’endomètre dépend de ces oestrogènes.
– l’administration d’aspirine ou autre anti-coagulant afin d’augmenter la perfusion.
– l’administration de corticoïdes
– l’administration de médicaments dilatant les artères (vaso-dilatateurs).

Döppler des follicules :

Des études ont montré qu’il existait une corrélation entre la vascularisation autour du follicule et la qualité des ovocytes et le nombre d’embryons fécondés.
Il semblerait également qu’une mauvaise vascularisation des follicules puisse être responsable d’anomalies chromosomiques au sein de l’ovocyte.

Monitorage de la stimulation ovarienne en FIV:

Les buts du monitoring

L’échographie

Les dosages hormonau

Fécondation in-vitro:

elementum Aenean eget odio ut Nullam consectetur mattis venenatis et,